Post Image

L’accréditation est confirmée. Les billets d’avion sont bookés. Plus que quelques semaines d’attente avant d’enchaîner avec une 9ème édition consécutive du Hellfest pour Liability Webzine !

Et vous, déjà prêts ?
Enfilez vos plus beaux t-shirts noirs et brandissez vos devil horns. Il est temps de s’échauffer en se replongeant dans l’ambiance de l’année dernière.

Sur le grill

Certains auront la peau encore marquée par la fournaise qui a frappé Clisson l’an dernier. Il faut dire que cette fois, le compteur des entrées n’a pas été le seul à crever le plafond : Le thermomètre, lui aussi, a battu des records. La plaine, transformée en véritable four, n’offrait que de rares points d’ombre.
Heureusement, l’organisation était préparée et n’hésitait pas à arroser copieusement les festivaliers venus s’agglutiner en bord de scène pour voir de plus près leurs artistes préférés.

Et quels artistes ! L’attente sur la plaine brûlante a été récompensée par les performances des artistes se succédant sur les 6 scènes du festival. Sans les citer : Steel Panther, Rob Zombie, Deathcode Society, Emperor ou encore Dee Snider, déjà de retour sur la terre clissonaise après les adieux de Twisted Sister pas plus tard que l’année précédente.

Ravalement de façade

Mais revenons-en d’abord au site, qui a subi de nouveau de nombreuses transformations. À commencer par la refonte de l’espace VIP : exit les décors militaires, bonjour au véritable petit coin de paradis. Le bar, sorte de hangar noir orné de crânes, s’avance face à une magnifique fontaine en pierre surplombant une fort bienvenue piscine par cette chaleur extrême. Dites au revoir à la terre et à la poussière, les allées pavées sont maintenant voisines de tapis d’herbe artificielle. Une véritable bulle où l’on douterait presque de se trouver au coeur du festival de l’enfer.

L’apparition également d’une nouvelle entrée, accueillant les visiteurs avec un immanquable “Hellfest” jaune, hurlant aux visiteurs l’ordre de se ruer vers la plaine. Les mainstages elles non plus ne sont pas en reste, puisqu’elles ont vu leurs décors sculptés disparaître au profit d’écrans titanesques. De quoi pouvoir profiter des concerts de plus loin, à l’ombre des arbres trônant en retrait, par exemple.

Le reste des bâtisses ne dépayse pas, même si des aménagements ont été établis ça et là, notamment la transformation du skatepark en temple de la fraîcheur, le Hell Fresh, havre de paix ornementé de brumisateurs.

Des groupes comme s’il en pleuvait

C’est dans ce contexte idyllique que se sont succédés pas loin de 160 groupes sur les 6 scènes que l’on connait déjà. On en retiendra le show haut en couleur de la légende Rob Zombie, revenu pour scander l’album Astro Creep 2000 de feu White Zombie. Celui de Emperor également, de retour après leur show de 2014 pour fêter les 20 ans de Anthems To The Welkin At Dusk sur la plus intimiste scène Temple. De Five Finger Death Punch, malgré l’absence regrettée – mais temporaire – de leur chanteur, remplacé au pied levé par Tommy Vext pour le reste de leur tournée européenne. Ou encore de Slayer, venu asséner une bonne dose de trash avec son album Repentless.

Si certains noms nous sont familiers tant leurs passages dans cette contrée sont fréquents, le Hellfest n’a de cesse de se renouveler. L’identité du festival est forte et continue d’évoluer au fil des éditions. Pas étonnant que les visiteurs, à peine arrivés sur le site, fassent déjà la queue pour s’offrir une place pour l’année suivante.

Bref. Quand est-ce qu’on y retourne ?

Ci-dessous, les photos du festival.
Vous pouvez aussi retrouver toutes les chroniques sur Liability Webzine.

Next
Shaka Ponk – The MonkAdelic Tour – Forest National

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.