Hellfest 2014

Une saison de festivals ne peut être bonne sans l’inévitable passage par le Hellfest. Cette année, comme les quatre dernières, j’ai donc quitté Bruxelles pour rejoindre la petite bourgade de Clisson et couvrir l’événement en compagnie de Fabien pour Liability Webzine.

Une line-up plus qu’impressionnante nous y attendait. Au programme : Black Sabbath, Aerosmith et autres Iron Maiden. La météo aussi était de la partie, et il a fallu s’en accommoder puisque c’est sous un soleil de plomb que nous avons dû couvrir tant bien que mal cette édition.  L’habituel pseudonyme de « Warboue » de l’une des scènes s’est de ce fait vu remplacé par le plus adapté « Wardust ». Mais ce sont les changements apportés au site qui ont le plus marqué les esprits :  le décor était beaucoup plus travaillé que les années précédentes et une grande roue a fait son apparition en retrait face aux grandes scènes. De nouveaux apparats sont venus compléter les installations déjà en place. Les accès à l’espace VIP ont été remaniés.

Une affluence record !

Tous ces aménagements furent les bienvenus pour accueillir la horde de métalleux durant ces trois jours. Le Hellfest indiquait cette année plus de 150 000 festivaliers au compteur ! La foule était dense et la traversée du public s’avérait souvent ardue. Contrairement aux années précédentes, le public était présent en masse dès les premiers concerts.

Les plus téméraires restaient face aux mainstages malgré la chaleur accablante, tandis que les autres se réfugiaient dans le coin d’ombre offert par le combo Altar / Temple s’ils n’avaient pas eu la chance d’être aspergés d’eau aux abords du site.

Près de 150 concerts

Mais il en fallait plus pour effrayer les habitués. Les décibels faisant relativiser face à la température, les riffs cinglants purent malgré tout s’enchaîner aux quatre coins du site. Parmi les plus belles performances de ces trois jours, on retient évidemment les prestations hautes en couleurs des headliners, mais sans oublier toutefois celles des autres groupes comme Loudblast, Enslaved, Behemoth, Blockheads et autres Hatebreed.

Comme à l’accoutumée, les concerts se suivaient et ne se ressemblaient pas, passant tantôt d’un death brutal à un doom sombre et inquiétant. Le festival affiche cela dit un éclectisme rare malgré ses allures extrêmes. Mention spéciale aux joyeux Flogging Molly qui ont réussi à se faire une place malgré leur style musical en décalage avec les genres environnants.

Le rythme était, comme la tradition le veut, toujours aussi effréné. Nous autres photographes avons enchaîné cette fois encore une grosse quinzaine de concerts par jour. Bilan personnel : 47 concerts couverts entre les grandes scènes et les tentes.
Si les conditions sont dures, ce festival et son ambiance unique n’en restent pas moins attachants. L’adaptation au rythme se fait rapidement malgré les difficultés et nous en redemandons! Mais toutes les bonnes choses ont une fin et il faut revenir à la vie réelle, même si le vrombissement des double-pédales cogne encore doucement dans les oreilles.
A l’année prochaine, Hellfest !

Ci-dessous, quelques photos des moments forts du festival.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *